Revue d’Histoire du Pays Bressuirais N°62

HISTOIRE ET PATRIMOINE DU BRESSUIRAIS, N°62, année 2010

Histoire et Patrimoine du Bressuirais propose à ses lecteurs une revue entièrement consacrée aux différents abattoirs qui se sont succédé à Bressuire depuis bientôt deux siècles. Notre cité mérite amplement le titre placé en exergue de la couverture de la revue : « Bressuire, cité de la viande. »

« Les 1er et 2ème abattoirs de Bressuire », par Guy-Marie LENNE.

 

Aussi loin que remontent les archives à la disposition des chercheurs, l’activité bouchère semble être très présente, suscitant même de nombreux conflits avec les autorités seigneuriales. Mais pas d’abattoir au sens moderne du mot, ce dernier n’existant d’ailleurs pas avant l’Empire. On abat en pleine rue ou dans les arrières boutiques. Il faut en effet attendre le XIXe siècle pour que l’Etat impose partout en France, progressivement, des outils spécialisés d’abattage, par souci d’hygiène et de moralité publiques. Ainsi est construit le premier abattoir bressuirais, intra muros, en limite de l’actuelle place Barante, en 1835. Très rapidement, les problèmes s’accumulent, d’eau, d’hygiène, poussant les édiles bressuirais à rechercher une nouvelle solution.

En 1873, l’abattoir est transféré, près de l’ancienne église Saint-Cyprien, à l’Ouest de la ville, à proximité du Dolo. Moderne, répondant aux normes d’hygiène en vigueur alors, le nouvel outil d’abattage va donner entière satisfaction jusqu’au début du XXe siècle. Entre-temps, le bocage a connu une révolution agricole. L’élevage, notamment bovin, a considérablement augmenté et l’abattoir de Bressuire ne suffit plus à répondre à la demande. Une fois de plus, ses installations ont vieilli.

« Le troisième abattoir (1930-1950) », par Marylise HIRTZ et Roger GUITTON.

Au début des années 1930, la Ville se lance alors dans un projet important de construction d’un abattoir dont l’objectif ambitieux était l’exportation de la plus grande partie de sa production. Ouvert en 1939, ultra moderne, véritable outil industriel, il a parfaitement rempli son rôle dans la deuxième moitié du XXe siècle, alors que la revue n62 catalogue expoproduction agricole explosait véritablement sous l’effet de la PAC. Il a connu depuis des vicissitudes importantes l’obligeant à se restructurer pour s’adapter aux nouvelles conditions du marché.

« Les sociétés annexes de l’abattoir de Bressuire », par Loïc BAUFRETON et Guy CHARENTON.

En parallèle, de nombreuses sociétés industrielles ont vu le jour ; sociétés  de transformation et d’expédition des produits issus de l’abattage. Conserverie, entreprises de valorisation des « déchets d’abattage », de transport, bouchers expéditeurs…, toutes vont concourir à faire de Bressuire l’une des plus importantes « cités de la viande » françaises.

Ce numéro 62 de la Revue d’Histoire du Pays Bressuirais trouve son complément dans le catalogue de l’exposition organisée par les Archives municipales de Bressuire. Plans, aquarelles, photographies… illustrent ce que fut le travail des femmes et des hommes qui ont beaucoup compté dans le succès de cette filière industrielle.