Revue d’Histoire du Pays Bressuirais N°57

Revue d’Histoire du Pays bressuirais, N°57, année 2007 :

Bressuire, la cité des Castors. Cité des forçats de la construction, de Jacques Ethioux.

Après la Seconde Guerre mondiale, la pénurie de logements a provoqué la naissance d’un mouvement coopératif original. Des hommes se sont regroupés pour construire eux-mêmes leurs maisons d’habitation. Ils devenaient ainsi des Castors. À Bressuire, Jacques Ethioux a pu rencontrer les derniers d’entre eux. Leur témoignage, complété par les archives municipales, a permis à l’auteur de retracer l’histoire du chantier de la Cité des Castors.

Les églises à clochers carrés du Haut bocage et de la Gâtine en Poitou, de Roger GRASSIN

S’il est des monuments emblématiques de l’Europe chrétienne, ce sont bien les églises que d’aucuns rattachent presque naturellement au Moyen-Age roman et/ou gothique. Roger Grassin nous rappelle cependant que nombre d’entre elles ont été profondément remaniées, modifiées par la suite, notamment aux XVe et XVIe siècles, tout en conservant leurs clochers carrés. Elles sont aujourd’hui encore le témoin de l’habileté et de la science de leurs bâtisseurs.

Autour des esquisses bressuiraises d’Henri Plisson, de Pascal PAINEAU

Henri Plisson n’est pas bressuirais. Poitevin cependant, artiste peintre, céramiste, son parcours a croisé un jour notre petite ville, pendant la Seconde Guerre mondiale. Pascal Paineau s’est attaché à remettre en perspective ce passage de Plisson à Bressuire dans une œuvre beaucoup plus vaste, construite à partir des années 1920, dans le Paris bouillonnant de l’entre deux guerres.

A Bressuire et Paris, le représentant du peuple François Narcisse Boussi, combattant infatigable de la cause républicaine, de Pierre ARCHES

Tout différent, le destin de François Narcisse Boussi est pourtant bien celui d’un « bâtisseur ». Pendant plus d’un demi siècle, il fut l’infatigable propagandiste de l’idée républicaine en France. Cette république qu’il appelait de ses vœux, il ne l’a verra jamais s’installer durablement puisqu’il meurt en 1868. Pierre Arches nous replonge dans l’histoire politique du XIXe siècle, à travers ce personnage, avocat, révolutionnaire en 1848 qui, toute sa vie, à Paris comme à Bressuire sa ville d’adoption, défendra l’idée d’une république modérée.