Revue d’Histoire du Pays Bressuirais N°52

Revue d’Histoire du Pays bressuirais, N°52, année 2003

 C’est un sommaire riche qu’Histoire et Patrimoine du Bressuirais propose à ses lecteurs dans le numéro 52 de sa revue. Marquée cette année par l’éclectisme, elle montre la variété des centres d’intérêt de nos chercheurs.

Les testaments représentent une formidable source de l’histoire sociale et religieuse. Ils sont révélateurs des préoccupations de la fin du XVIIème et du XVIIIème siècles, dans cette partie du Poitou qui va devenir les Deux-Sèvres. L’étude comparée du bocage catholique (et dissident après 1801) et du pays mellois protestant a permis à Benoît ONILLON de mettre en évidence une piété religieuse propre à chaque région.

Lorsque qu’on évoque le nom d’Ernest PEROCHON, reviennent en mémoire des livres aussi célèbres que « Nêne » pour lequel il obtient le prix Goncourt en 1920, « Les creux de maisons », « Les comtes des 101 matins »… Originaire de Courlay, il fréquenta l’école de la Tour Nivelle avant d’intégrer quelques années plus tard, l’Ecole normale de Parthenay. Henri JAMONEAU nous entraîne à sa suite dans l’évocation de cet institution que l’écrivain à marqué de son empreinte et qui l’a honoré après sa mort.

Abandonnant, pour un temps seulement, les sources traditionnelles de l’Histoire, Dominique LENNE s’est appuyée sur la mémoire et l’oralité pour retracer l’histoire d’une famille piémontaise émigrée à Bressuire à l’aube du XXème siècle. À travers ces italiens, c’est tout le problème de l’intégration, champ récent de la recherche, qui est évoqué ici.

De 1914 à 1918, l’Europe puis le monde s’entredéchirent dans un long conflit sanglant. Loin de l’horreur des tranchées, plusieurs centaines de prisonniers de guerre allemands vont vivre et travailler dans le bocage. Guy-Marie LENNE retrace leur passage à Bressuire. Afin de faciliter les contacts et pour briser la barrière de la langue, des interprètes, souvent de jeunes français réformés, étaient recrutés par les autorités militaires. Philippe GAURY a retrouvé et nous présente le témoignage plutôt sarcastique de l’un d’entre eux, lors de son séjour dans le bressuirais.

Jean DEBORDE clôt cette édition de la revue, comme l’an passé, avec quelques souvenirs et un hommage aux sportifs qui ont fait la gloire du Bocage, avant guerre